Loading...

Actualité

18 Février 2019

Il y a 3 mois, nous posions la question : Simple correction ou début de marché baissier ? La réponse à cette question semble désormais pencher pour une simple correction après une reprise de début d’année qui a pratiquement effacé la baisse pourtant spectaculaire des bourses mondiales de décembre 2018.

L’année 2018 restera cependant dans les annales de l’investissement comme un tournant, marqué par des pertes sur la plupart des classes d’actifs (les grands gérants indiquant à l’unisson que, pour la première depuis 1901, 90% des classes d’actifs auraient perdu de l’argent en dollars US en 2018). Les bourses actions ont pratiquement toutes baissé à deux chiffres (Chine, nombreux marchés émergents, Europe, Japon), à un chiffre pour les Etats-Unis. Les cours des obligations d’entreprises et de nombreuses obligations de pays émergents ont également reculé de même que la plupart des devises par rapport au dollar américain. Avec un peu de recul, le grand responsable de ce désordre généralisé semble être le resserrement monétaire américain, au-delà de tous les autres facteurs récents (Brexit, Italie, conflit commercial Chine-Amérique) dont on mesure mal les conséquences dans un sens ou dans un autre.

Du 1er janvier au 31 décembre 2018, l’indice CAC 40 des grandes entreprises cotées françaises recule de 11%, recul essentiellement concentré sur le quatrième trimestre 2018. La baisse est comparable sur les places de Londres (-12%) et Amsterdam (-11%). Le recul est plus marqué à Francfort (-18%) en raison du profil très industriel de la cote de la bourse allemande ainsi qu’à Milan (-16%) et à Madrid (-15%) pour des raisons politiques nationales. L’indice Dow Jones de la bourse nord-américaine limite les dégâts avec une baisse de 6% (-4% pour l’indice Nasdaq des valeurs technologiques) alors que le Japon (-12% pour l’indice Nikkei) et surtout la Chine (-25% pour l’indice composite de Shanghai) sont à la peine.

Comme pour les bourses, l’année dernière est un tournant dans le cycle côté taux car on sait maintenant que 2018 aura été celle de la fin du resserrement monétaire américain, qui, après 4 hausses de taux courts en 2018, a fini par effrayer les bourses, Donald Trump et la banque centrale américaine elle-même. Conséquence, les taux longs à 10 ans des emprunts d’Etat américains sont passés de 2,44% à un plus haut de 3% début novembre 2018 pour finir l’année à 2,84%. En zone Euro, les taux longs sont maintenus à un niveau très bas par une conjoncture économique peu dynamique et par la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque Centrale Européenne qui semble condamnée à s’éterniser (0,65% et 0,24% pour les taux à 10 ans des états Français et allemands respectivement. L’Italie n’en profite que partiellement avec des taux à 10 ans de 2,62% au 31 décembre 2018, certes plus hauts qu’en début de l’année 2018 (2,37%) mais bien descendus des plus hauts de l’année de 3,5% de novembre 2018.

2018 a été une année de hausse modérée du dollar et du yen contre l’euro, la livre sterling et la devise chinoise, notamment au premier semestre, le dollar étant soutenu par des taux d’intérêt plus rémunérateurs et une économie dynamique jusqu’aux premiers signes de faiblesse de la fin 2018.

2018 aura été une année de forte volatilité des cours du pétrole de 66$ le baril de Brent en début d’année à un plus haut de près de 85$ en octobre, puis une dégringolade à moins de 55$ le 31 décembre, en réaction à la chute des bourses et à la confirmation du ralentissement économique mondial. Valeur refuge et reflet inversé des taux et des bourses, les cours de l’or se sont effrités jusqu’à l’été avant de renouer avec le plancher de 1 300 dollars au moment où nous parlons. Les investisseurs non américains auront ainsi gagné de l’argent avec le métal jaune en 2018, aidés par un dollar raffermi.

2018 aura été également un tournant pour Alto Invest puisque, pour la première fois depuis 2008, les performances annuelles de nos fonds ressortent globalement en baisse, ce qui ne nous a pas empêché de clôturer 11 de nos fonds, pour la plupart avec plus-value pour nos investisseurs (voir tableau récapitulatif). 2018 aura été également l’occasion de célébrer le cinquième anniversaire de notre fonds commun de placement NOVA Europe en beauté avec le titre de Numéro 1 sur 5 ans de la catégorie Morningstar Petites Capitalisations Europe.

L’année qui démarre sera surtout dédiée à l’investissement des fonds levés ces dernières années alors que le programme de cessions sera quelque peu allégé par rapport aux années 2017 et 2018.

Nous attendrons l’été et la confirmation du taux de réduction d’impôt sur le revenu pour le lancement de notre nouveau FCPI. Les souscriptions restent bien entendu ouvertes sur le FCPR ALTO Avenir et le FCP NOVA Europe.

Actualités

alto invest participe à la levée de fonds d'innovorder
04 Juillet ALTO Invest accompagne INNOVORDER pour transformer la restauration et accélérer le déploiement de sa solution en Europe
En savoir plus
Interview vidéo BFM Business d'Emilie da Silva
24 Avril NOVA Europe et son approche adoptée dans le contexte du marché actuel
En savoir plus
Suravenir sélectionne ALTO Invest
10 Avril ALTO Invest sélectionné pour conseiller la part en unités de compte d'un mandat d'arbitrage Suravenir
En savoir plus